Historique

Un bref retour sur notre histoire avec le territoire du Jarnisy

Bernard Beuvelot est à l’origine de cette histoire, avant d’être rapidement rejoint par Didier Patard. Ensemble, ils créent le Théâtre du Jarnisy. Le choix de ce nom peut sembler paradoxal, car cette compagnie ne dispose d’aucun lieu. Mais dès ses débuts, en travaillant hors les murs, elle prend le parti d’en faire sa singularité : le Théâtre du Jarnisy est donc à la fois nomade tout en étant fortement implanté dans son territoire, le Jarnisy.
 
Dans les années 80, des créations comme Transfensch, véritables aventures théâtrales à forte dimension participative, rencontrent un grand succès auprès des habitants.
 
À la fin des années 90, le Festival de l’intime, évènement qui interroge le rapport au public en dehors des salles traditionnelles de théâtre, marque le début d’une histoire qui perdure aujourd’hui : l’accueil d’artistes et de compagnies.
 
Dans les années 2000, Bernard Beuvelot ouvre une nouvelle page en passant des commandes d’écriture à plusieurs auteurs (Emmanuel Darley, Philippe Minyana, Armando Llamas, Claudine Galéa, Jean Cagnard et d’autres) qui ont donné forme aux Encyclopédies de l’intime.
 
Vient alors le temps des Rencontres, créées en 2011, qui offrent au public des occasions de découvrir une création de la compagnie du Jarnisy mais aussi celles d’autres équipes invitées sur la même thématique. Le travail hors les murs est alors complété par l’accueil dans différents lieux du territoire (cinéma, salles communales, chez l’habitant, dans un café…).
 
En 2011, Anne-Margrit Leclerc devient la responsable artistique de la compagnie du Jarnisy, créé sur les traces du Théâtre du Jarnisy. La singularité de ce nouveau projet : placer la création au cœur de sa démarche en alliant une mission d’irrigation culturelle de son territoire à un travail sur les écritures contemporaines avec une attention particulière pour les écritures féminines.